Lutter contre l’influenza aviaire dans les basses cours - Biosécurité


Afin de prévenir l'introduction du virus sur notre territoire, il est nécessaire de sensibiliser tous les acteurs, professionnels ou non, et de rappeler à tous les bonnes pratiques de protection et de biosécurité.

L’arrêté du 16 novembre 2020 prononce le passage du territoire national métropolitain au niveau de risque élevé. 

Dispositions à adopter

Les particuliers détenteurs de basses-cours étant nombreux en Vienne doivent confiner leurs volailles ou empêcher tout contact entre les volailles et les oiseaux sauvages par la pose de filets. Cette disposition est obligatoire, sans dérogation possible pour les basses cours (élevages non commerciaux).

En cas de difficulté à faire appliquer l'obligation de confinement, le maire d'une commune peut dresser un procès-verbal à l'encontre de tout détenteur qui ne répondrait pas aux injonctions de confiner ses volailles, sur la base des articles L.221-1 et R.228-1 du Code Rural et de la pêche Maritime : les contrevenants s'exposent à une amende relevant d'une contravention de 4ème classe (NATINF 24098).

Des élevages professionnels peuvent avoir fait l’objet d’une dérogation, instruite par les services de la DDPP, après visite du vétérinaire, rendant possible pour ces seuls élevages commerciaux des conditions de claustration adaptées aux techniques d’élevages, au bien-être animal ou aux cahiers des charges de signes officiels de qualité. Ces élevages disposeront alors d’une autorisation écrite de dérogation à la claustration fournie par la DDPP.


Les bons gestes à adopter

Affiche sur les bons gestes à adopter

Les rassemblements d’oiseaux tels que les concours, les foires, les expositions sont interdits.
Des dérogations peuvent être accordées par la DDPP sous certaines conditions d’organisation. Les demandes sont à adresser au plus tôt, et dans tous les cas avant la tenue de l'évènement, à la DDPP à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . La présence d’un seul commerce vendant des volailles - provenant du même élevage ou détenues depuis plus de 21 jours - n’est pas considéré comme un rassemblement.

Enfin, tout détenteur de volailles doit déclarer rapidement à un vétérinaire toute mortalité anormale, qui peut être le signe d’une contamination des volailles par le virus de l’Influenza aviaire.

En cas de découverte sur d’oiseaux sauvages morts et notamment des canards, cygnes et poules d’eau, vous devez contacter les services de l’Office Français de la Biodiversité par courriel à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (ou par téléphone pour les urgences et le week-end : 05 49 52 01 50).
Les services de l’État et notamment la Direction Départementale de la Protection des Populations restent à votre disposition pour toute information complémentaire et sont joignables par courriel à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (à privilégier) ou par téléphone au 05 17 84 00 05 pour les urgences en semaine et via le numéro d'astreinte de la préfecture 05 49 55 70 00 le week-end.